Site : Centre de Vitrolles (13)

Date : année 2013

Commanditaire : Mairie de Vitrolles

Action :  recherche active et participative sur la mutation du « centre urbain » en centre-ville – installation et activation de lieux supports de nouveaux usages

Partenaires: Bellastock, Exyzt, Collectif etc, L’Office …

Écrit par Gabi Farage, architecte du collectif Bruit du Frigo dans l’optique Marseille -Provence  capitale européenne de la culture,  Vitrolles Echangeur est un projet qui s’appuie sur les transformations en cours dans la ville, afin  d’améliorer son image, ses espaces publics, et les relations entre ses habitants. A partir des interventions artistiques de 2013, l’idée est de révéler les spécificités de la ville, créer la rencontre, fédérer les habitants autour de projets, accompagner, catalyser les mutations urbaines.

Les Élaboratoires de la ville sont l’une des déclinaisons du projet : il s’agit de mener de la prospective urbaine participative grandeur nature en hybridant urbanisme temporaire et programmation culturelle, en alliant auteurs, constructeurs et citoyens volontaires. Le ‘centre urbain’ de Vitrolles a été repéré comme site stratégique et emblématique de la ville, remarquables à la fois du fait de ses potentialités, de ses qualités, mais aussi sa sous-exploitation depuis de nombreuses années. Il a à ce titre été choisi comme terrain d’expérimentation pour 2013.

Les Saprophytes, mais aussi Etc, Exyzt et Bellastock sont invités dans ce cadre par la ville de Vitrolles. Les 4 collectifs décident d’unir leur forces, méthodes, expériences et font naître le projet “MADE IN VITROLES”, une recherche-action collective et participative autour des usages de l’espace public et de la fabrique de la ville. Notre objectif : expérimenter la possible mutation du centre-urbain en centre-ville. Notre temps d’action : un mois intense sur place, qui s’ouvre sur un événement fédérateur (le Festival des Initiatives de Jeunes ) et se clôt sur un autre (le festival Bellastock). Un mois d’expérimentations au sein d’un laboratoire in situ et in vivo.

Site, contexte, problématiques

Dans les années 70 Vitrolles passe du statut de petit village provençal à celui de ville nouvelle. Mosaïque d’opérations immobilières sans réelles liaisons, la ville est un patchwork urbain coupé en 2 par l’autoroute A7.
Entouré d’immenses espaces de stationnement qui l’isolent des zones habitées voisines et l’éloignent des axes de circulation, le centre de la ville nouvelle se tourne sur lui-même, sorte de volume intérieur architecturé auquel on accède par d’étroits passages.
Ici, il y a des commerces, la mairie, le collège, la gare routière. il y a un cinéma et quelques bars et restaurants,le bureau du tourisme, un grand parc, une médiathèque… pourtant le centre urbain n’est pas un lieu où fourmille la vie, où l’on se retrouve pour boire un verre ou pour se promener. Plusieurs rues piétonnes en partie couvertes par un système d’arcades se rencontrent sur la Place de Provence, accentuant la sensation d’espace clos. L’espace public est peu pratiqué, l’axe Mairie/collège > gare routière est support d’un flux important mais personne ne trouve raison de s’y arrêter.

Quelle urbanité pour le centre urbain? les objectifs du projet :
Le projet Made in Vitrolles se donne comme objectif de tester les moyens de donner vie et sens à cette centralité désirée.
D’abord en valorisant l’espace public comme lieu de rencontre, d’expression, de partage.
> Redonner son sens politique à l’espace public.
En créant un événement à l’échelle de la ville, qui s’adresse à tous les acteurs et habitants, et donne envie de pratiquer cet espace, par de nouveaux usages.
> Faire du centre un lieu de rencontre des habitants des différents quartiers, auquel ils s’identifient.
En allant à la rencontre des Vitrollais par des actions visant à éveiller un imaginaire urbain, à intégrer les Vitrollais dans la fabrique de la ville, de l’espace public.

Un mois d’occupation collective du « centre urbain »

le festival des initiatives des jeunes :
Les saprophytes ouvrent la danse début juin avec la mise en place d’une signalétique et la construction participative de transats sur la place de Provence (la place centrale du ‘centre urbain’)à l’occasion du Festival des Initiatives des Jeunes, une introduction à l’appropriation de ce lieu, avec les jeunes.

la plateforme collective :

La plateforme collective de la place de Provence (place centrale du ‘centre urbain’) est le lieu central du Made in Vitrolles. Base-vie pour les collectifs durant tout le mois de juin, elle est surtout un lieu animé pendant toute la journée et la soirée, un lieu ouvert aux initiatives locales pour tester ensemble de nouveaux usages sur l’espace public du centre urbain.
Posés sur un grand tapis crée par l’artiste Gonzague Lacombe (Surface Totale) les transats, la grande table, la cuisine collective et la chaise géante (atelier de construction) meublent la place pour accueillir les passants, elle est le lieu d’information, de rencontre, de débat du Made in Vitrolles. Grâce aux médiatrices de la mairie, les voisins viennent y cuisiner, organiser des séances de yoga, des ateliers…

autour de la plateforme collective, chaque collectif a développé un projet spécifique

L’oasis (EXYZT)
Le collectif EXYZT transforme la fontaine du parc St Exupéry en un oasis de fraîcheur, pour les enfants mais pas seulement.

Le manège (collectif Etc)
Le collectif Etc met en valeur le lien entre la gare routière et le centre-urbain avec un manège qui joue avec les flux de ce point de convergence.

le festival Bellastock
En juillet le festival Bellastock Made in Vitrolles accueille une centaine d’étudiants pour construire du mobilier dans le quartier des Pins (jouxtant le centre urbain), en renouvellement urbain, à partir de matériaux de réemploi.

la ville des plateaux  (les Saprophytes)
S’appuyant sur la topographie de la ville composée de différents plateaux allant de l’étang de Berre au plateau Valbacol, nous avons imaginé les arcades du centre comme l’un des espace de vie encore inexploré de la ville de Vitrolles. Une série de collages et d’objets simulent la possibilité d’accéder et de déambuler sur ce plateau. Allongés dans des hamacs à la limite entre le dessous et le dehors, les passants sont invités à rêver ce nouveau lieu de vie. Leurs imaginaires sont ensuite recueillis dans de courts films d’animation réalisés avec l’équipe. L’ensemble des films a été projeté sur la place de Provence le 29 juin.

Cet espace des toitures nous est tout de suite apparu comme étant un élément clef d’un nouveau paysage pour le centre-ville. Développer un imaginaire est une étape essentielle dans le processus menant les gens à rêver leur ville, à la voir autrement que dans leur quotidien. Ces petits films parfois farfelus, sont une étape pour ceux qui les ont fabriqué et pour ceux qui les ont vu et vont encore les voir, ils parlent de l’ensemble du projet Made in Vitrolles dans sa dimension onirique.