Site : Forum Départemental des Sciences, Villeneuve d’Ascq (59)
Date : août-septembre 2011, exposition visible du 24 septembre 2011 au 25 mars 2012
Commanditaire : Forum Départemental des Sciences, Villeneuve d’Ascq (59)
Action : conception de scénographie et construction/installation
Partenaires : Cédric Cartier, menuisier ; Espaces Naturels Lille Métropole, fourniture de matières premières (saule, argile) ; Hélène Claudel, graphiste, Isaac Stillwell, photographe.

Dans le cadre de l’exposition au Forum Départemental des Sciences « Ma Terre Première pour construire demain » co-créée par CRAterre et la Cité des Sciences et de l’Industrie, nous avons conçu et réalisé la scénographie des espaces d’animation, de l’espace régional et de lecture. Cette installation in-situ permet de jouer sur les codes sensibles de la construction en terre: jeux de couleurs, textures, mise en œuvre et forme.
Les éléments de l’exposition initiale sont repris dans un jeu d’alternance de « parois sensibles », sorte de cadres larges en bois brut qui reçoivent le torchis.. Ces jeux entre les verticales et horizontales rappellent la ville en terre, référence prépondérante de l’exposition.
Les « parois sensibles » qui forment la scénographie sont construites en bois et le remplissage est en torchis. Les jeux de remplissages permettent de mettre en avant, exposer, occulter ou suggérer. L’entrée, est travaillée comme une faille dans laquelle pénètre le visiteur et le choix des couleurs s’inspire des matériaux bruts: la terre, le bois et la palette ocre de peintures à l’argile.
Et enfin, la lumière participe au parcours et à la mise en valeur des éléments scénographiques par un jeu d’ombre et de lumière, ces contrastes forts aidant le visiteur à s’orienter.

Méthode 
Un processus long pour la réalisation d’un torchis traditionnel
L’installation et le remplissage des « parois sensibles » sont réalisées en workshop d’initiation à la mise en œuvre de torchis que nous encadrons. Mais surtout les matériaux de remplissage, c’est à dire le saule pour armer le torchis et l’argile de la terre crue sont prélevés au Musée de Plein air de Villeneuve d’Ascq, soit à moins de 5km du lieu d’exposition.

Pour une meilleure compréhension de ce processus, entre la récolte des matériaux et les ateliers torchis, nous avons été suivi par un photographe, Isaac Stillwell, afin de garder une trace artistique de la démarche.

Une scénographie « zéro déchets » et support de formation
Une fois démontées les cimaises servent de mur porteur à l’abri du Jardin des Grandes Gamelles à Denain. Les workshop d’initiation au torchis se poursuivent alors avec d’autres publics, dans un autre contexte.