Site : rues Franklin / Marie Buisine, quartier du Pile à Roubaix

Date : février – juin 2016

Commanditaire : SPLA La Fabrique des Quartiers

Action : ateliers de co-conception et d’un chantier participatif de co-production du projet / Dans le cadre d’un marché de maîtrise d’oeuvre pour la gestion transitoire de l’îlot Marie Buisine

Partenaires : Axel Vénacque & Céline Leblanc, paysagistes, mandataires du groupement
Association La Maison du Jardin

Le projet du jardin Marie Buisine s’inscrit dans le contexte du projet urbain de requalification du quartier du Pile (projet « Pile Fertile ») mené depuis 2013 par l’équipe de Pierre Bernard, architecte-urbaniste et Axel Vénacque+Céline Leblanc, paysagistes.
Il résulte d’une intention de dédensification des îlots lanières pour créer des « aérations », conçues comme de nouveaux espaces publics à reconquérir par les habitants (jardinage, services communs, appropriations…)
Un des principaux enjeux du projet Pile fertile est de parvenir à l’invention d’un mode d’appropriation et donc de gestion partagée sur des parties identifiées de l’espace public. En ce sens, la création du jardin Marie Buisine, plus qu’un nouveau jardin partagé, a été une opportunité pour tester toutes formes de dispositions ou de pratiques reproductibles à l’échelle du quartier. Nous l’avons conçu en lien avec l’équipe du projet urbain « Pile Fertile », comme une forme de laboratoire du renouveau des espaces publics du Pile.
Le projet a pris place sur une ouverture entre les rues Franklin et Buisine, avec une parcelle de 1800 m² libérée fin 2015 par la Fabrique des Quartiers. Il s’agissait donc d’aménager cette nouvelle ouverture d’un îlot lanière en un « espace public », qui s’est rapidement transformé en « jardin ». Cela en invitant les habitants à y mener une expérience de co-gestion.

Ateliers de co-conception

En février 2016, en équipe avec Axel Vénacque & Céline Leblanc paysagistes (mandataires), nous avons remporté la mission de maîtrise d’œuvre pour la conception et l’aménagement du jardin. A. Vénacque a été en charge de la maîtrise d’œuvre des travaux préliminaires (terrassements, chemin, pose de clôture et de mâts d’éclairage), tandis que les Saprophytes ont été en charge de la démarche de co-production du jardin (ateliers de co-conception puis chantier participatif).
Avec une économie de projet très limitée, et un temps de projet assez court nous nous sommes attachés à concevoir un aménagement mutable, amendable au fil du temps, en plaçant la question de l’usage et de la co-gestion au centre de la réflexion partagée avec les habitants.
Nous avons proposé plusieurs ateliers de co-conception du jardin, faisant émerger les usages souhaités par les habitants, grâce notamment à des jeux de rôle, et à un travail sur des images et en maquette.
Ensuite, des ateliers sur site ont eu pour objectif de préfigurer et de positionner les éléments de programme choisis : parcelles de jardin individuelles, parcelle collective, abri, composteurs, grande table, verger…
Nous avons suggéré des parcelles individuelles de petite taille (4 à 7 mètres carrés), afin de pouvoir en proposer le plus grand nombre et d’impliquer le plus d’habitants possible dans la co-gestion du lieu et de créer une émulation collective. (Il s’agissait aussi de rendre le jardin plus résilient face à un abandon éventuel d’un jardinier.)

Le chantier ouvert

Le chantier participatif a eu lieu en juin 2016 et s’est déroulé en deux étapes : une étape de construction des aménagements du jardin  autour de l’abri, une grande table, et les parcelles de jardin, puis en juin, un grand chantier collectif de plantation d’arbres et d’arbustes fruitiers pour constituer des haies comestibles et des limites verdoyantes au jardin.
L’espace jardiné a été volontairement délimité par une clôture basse, un pari visant l’expérience d’un lieu ouvert aux regards de tous.
Une grande table sur une prairie fleurie ouverte sur la rue invite les passants le long du nouveau chemin menant à la mosquée.

A l’issu du chantier les parcelles individuelles ont été distribuées aux différents habitants ayant manifesté une envie de jardinier, de cultiver. L’animation du jardin, autour d’ateliers variant en fonction des besoins du jardin et des jardiniers, a été déléguée à l’association La Maison du Jardin, située à Roubaix.

L’installation