Site : Esplanade Pennel, Roubaix (59)

Date : mars-novembre 2012

Commanditaire : Ville de Roubaix, dans le cadre de Lille 3000 Fantastic

Action :  installation éphémère et artistique participative

Partenaire : La Manufacture des Flandres, Evelyne Mary graphiste et photographies d’Isaac Stillwell

 

Le projet du Gang des Tricoteuses est né début 2012, à la demande d’un petit groupe de tricoteuses se réunissant chaque semaine au café tricot de la Manufacture. L’idée qui avait germé était de réaliser une œuvre de graff-tricot qui serait installée de manière éphémère sur un espace public.

Nous avons proposé un processus sur plusieurs mois, entre mars et novembre 2012, fait de rencontres et d’ateliers, pour travailler ensemble autour d’une création collective visant à envahir une place publique de Roubaix.

L’objectif que nous avons fixé a été de travailler à une œuvre de tricot libre et non figurative, avec pour inspiration le champignon et la mousse, afin de créer sur l’espace public choisi l’effet d’une dissémination, d’une propagation… comme une contamination par une bactérie, ou un saprophyte…

Une campagne de communication a été menée afin de rallier de nouvelles personnes au projet, un pique-nique a été organisé en juin, temps-fort fédérateur de rencontres.

Au sein de ce projet, les Saprophytes ont joué le rôle de direction artistique générale : nous avons encouragé l’expression individuelle et valorisé la dimension créative et artistique de chacun. Le but a été d’aider les tricoteuses à s’ouvrir vers une expérience artistique, en se libérant d’une pratique technique et contrainte du tricot, pour développer une création sensible et subjective, avec une dimension esthétique forte.

En encourageant chaque tricoteuse à interpréter le thème et à se l’approprier selon ses propres émotions, son propre regard, et sa technique nous avons voulu valoriser chaque individualité selon ses sensibilités, et les considérer en tant qu’«artiste» au sein d’un collectif.

Pour la plupart des tricoteuses, un véritable déclic créatif a eu lieu, changeant le regard qu’elles portent sur elles-mêmes. L’installation de l’œuvre assemblée , les 17 et 18 novembre, Place Pennel a démontré la grande qualité plastique de ce travail et l’a valorisé auprès d’un large public.

De nombreux liens ont été tissés entre les membres de ce Gang intergénérationnel, liens et échanges qui perdureront au-delà de ce projet.

La beauté de ce projet ne réside pas tant dans l’œuvre finale que dans le fait d’avoir révélé des savoir-faire, développé des pratiques ou des sensibilités artistiques, et fédéré un groupe.