Site : Pont de la Concorde, Paris

Date : avril-novembre 2015

Commanditaire : Artevia, dans le cadre du projet « Berges de Seine »

Action : installation artistique et onorique sous le pont de la Concorde

Cétacé !
Surgissant de la Seine,
Organisme architecturé
L’engin s’extirpe avec peine
Des flots agités.

Cétacé échappé de la Seine
Squelette de bois charrié par le fleuve
Se déploie dans les airs avec peine
Se cache sous la Concorde, sa terre neuve.

De sa lumière éclaire la Seine
Et guide un court moment le chemin du passant
La baleine
Dans son saut d’un infini instant.

Structure : bois massif
Enveloppe : panneau OSB récupéré + volige
Lumière : lampes néon à l’intérieur du Cétacé
Peinture au sol

«Nous passions sur le quai avec l’envie d’aller voir l’eau. L’eau de la Seine, l’eau de Paris.
Quand quelque chose a surgit de l’eau, une énorme masse mi-organique mi-structurée, sentant la vase et le bois mouillé.
D’un certain point de vue, immobile. Même si nous sentions le mouvement, la fuite, la déconstruction.
Un sentiment de vulnérabilité nous a envahit en passant sous ce lourd pont de pierre, proche de l’eau.
Nous pensions être seuls, mais le pont est habité!»
Installation éphémère épousant le pont de la Concorde à Paris, à travers la matérialité d’un cétacé s’échappant de la Seine. Construction en bois, dont une partie de bois de récupération.